Ilôt Balmoral

Montréal, 2002

La transformation de l’îlot Balmoral en complexe culturel et administratif a été à l’origine d’intenses questionnements et de discussions – et d’une multitude de projets contradictoires – qui ont enrichi la réflexion sur le profil construit de Montréal. Premier constat de CGA : la typologie introvertie du superbloc, souvent utilisée pour les complexes multifonctionnels, a eu des effets plutôt négatifs sur la vitalité de l’activité urbaine, en particulier au niveau de la rue. Le projet soumis au concours est donc basé sur la notion de parcelles traversantes : une construction en quatre volumes parallèles, orientés d’est en ouest, séparés par des interstices de communication et de service et reliés par une colonne vertébrale soudant l’amalgame.