Planétarium

Montréal, 2009

Le projet présenté reprend, en la développant autrement, l’idée qui avait été explorée lors des études d’avant-projet initiales : un monolithe autoréférentiel «déposé» sur un site fétiche de Montréal, témoin d’un des grands moments de son histoire. L’objet, que l’on peut associer à un météorite dont la chute a laissé son empreinte au sol, requalifie l’esplanade «olympique» dont les plis nouveaux se verdissent et offrent de nouvelles transparences. Il s’offrirait à le toucher, le tâter, le surmonter. Ses arêtes franches et ses parois lisses semblent à première vue infranchissables, mais, rapidement, sa porosité se trahit en laissant entrevoir l’activité interne. L’objet très compact propose au visiteur une diversité de parcours fondus en un tout cohérent, polyvalent, ludique et didactique.