Maison sur l’eau

2013

D’une apparente simplicité, la Maison sur l’eau est issue d’une approche rigoureuse et logique des données programmatiques conjuguée à une grande sensibilité aux contextes physique et humain. Le site est exceptionnel, en bordure du fleuve, mais relativement étroit et contraint par la présence d’une route plutôt bruyante. En réponse au bruit, les concepteurs ont créé une maison mur, percée d’une simple faille d’accueil qui exprime de manière synthétique toute l’idée de la maison : derrière la peau, il y a la substance.

Les deux étages de la maison répondent à deux programmes distincts, idée clairement perceptible dès l’extérieur. Elle a deux faces : côté rue quasi-opaque et côté fleuve, tout en fenestration. Deux matériaux : l’étage supérieur en tôle d’acier d’apparence légère est déposé sur une base en bois solide, telle une souche.

L’intérieur est structuré par un meuble de bois de merisier courant de la chambre des maîtres au rez-de-chaussée à l’atelier de l’étage en passant par les pièces de vie, meuble devenant escalier en s’affichant comme tel dans la faille. La résidence Contrecœur est pour ses occupants une seconde peau, parfaitement à l’image d’un couple atypique qui aura découvert le processus de création architectural et s’y sera intéressé avec passion.